Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2014

Absorptions et métamorphoses

Nouvelle, Anne-Sylvie Salzman, Stepan Ueding, Le Visage Vert, Jean-Pierre LongreAnne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes, Le Visage Vert, 2014 

La sauvagerie, on la trouve partout, chez les humains comme chez les bêtes – dans les corps, dans les têtes, dans les terres, au bord de l’eau, dans les villes… C’est en tout cas ce qu’Anne-Sylvie Salzman détecte et révèle en sept nouvelles réparties en trois sections aux titres significatifs : « Filles perdues », « Crucifixions », « Vivre sauvage dans les villes » (le dernier texte, à la fois générique et chute, dans lequel le Parc Montsouris devient un repère propice à la métamorphose d’une fille en animal avide de sang, d’entrailles et de chair).

Auparavant, on assiste, dans un va-et-vient de fascination-répulsion, aux rapports ambigus et terrifiés d’un jeune animal recherchant le contact de sa mère humaine, au cauchemar de la dévoration d’une femme par des chiens féroces, à une cérémonie sacrificielle fomentée par des « pirates cannibales », aux égorgements étranges de brebis par une bête mystérieuse, à de bizarres phénomènes qui se déroulent au-dessus d’un phare maritime du nord lointain, aux transports éperdus et pénétrants d’un prothésiste oculaire amoureux de l’une de ses clientes…

Ainsi résumées, ces nouvelles perdent leur goût épicé. En une sorte de réalisme fantastique (mais pas seulement), de merveilleux morbide (mais pas seulement), l’auteure, maîtresse de son écriture et des mystères qu’elle y insinue, fouille non seulement les corps, mais aussi les fantasmes, les rêves et les âmes d’êtres qui, pour terrifiants qu’ils puissent paraître, n’en sont pas moins profondément humains. Comme tous leurs semblables, ils se cherchent, se sondent, se livrent à leurs peurs et à leurs pertes, à leurs inconstances et à leurs incertitudes. Au-delà des leitmotive (le sang, la chair, l’absorption, les fulgurances, la mort), c’est cela qui fait l’unité du recueil, rehaussée par les gravures en noir et blanc, dessinées à grands traits mouvants, de Stepan Ueding.

Jean-Pierre Longre

www.levisagevert.com   

25/08/2014

Festivals estivaux

Théâtre, musique, Avignon off, Opéra Studio de Genève, Jean-Marie Curti, Jean-Pierre LongreFestival Off 2014, Avignon

Académie « Europa Musa » 2014, Samoëns

Au hasard de cheminements à travers la France, se multiplient les occasions de rencontres et découvertes artistiques, théâtrales, musicales, les possibilités de fréquenter des lieux où, avec simplicité, sans apparat, se manifestent et s’échangent les talents de toutes sortes. (Et là, on se dit que les « intermittents du spectacle » - qui en réalité ont à cœur de travailler sans intermittence – ont  bien raison de vouloir préserver un statut qui, pour spécifique qu’il soit, permet de maintenir – voire, si on le veut bien, de développer – cette « exception culturelle française » dont souvent se gargarisent les élites, mais qui risque à tout moment de n’avoir plus rien d’exceptionnel. Un statut qui permet justement ces rencontres et découvertes artistiques, théâtrales, musicales… Bref, si on veut de la « culture », il faut la mériter). Festivals estivaux… On n’en finirait pas de les énumérer, et c’est tant mieux. Contentons-nous de deux d’entre eux.

Théâtre, musique, Avignon off, Opéra Studio de Genève, Jean-Marie Curti, Jean-Pierre LongreD’abord, Avignon, le Off (non que le In ne mérite pas une belle mention, mais on ne peut tout voir…)*. Le Off, donc, « le plus grand théâtre du monde », comme l’annonce la brochure. Il y a la chaude (oui) ambiance de la ville, et il y a le choix des spectacles. Du bon, du mauvais, du solide, du douteux, de l’enfantin, de l’abscons, du traditionnel, du nouveau. Voyons donc (un infini pourcentage du nombre de propositions). Dans les petites salles intimes, le face à face d’un comédien unique avec les spectateurs tient à la fois du rapport confidentiel et du spectacle textuel. En l’espèce, il y a la douloureuse et bouleversante Lettre à ma mère de Georges Simenon, interprétée par un Robert Benoït empli de son texte et de son personnage (Compagnie Pic’Art Théâtre, Présence Pasteur). Ou encore La petite fille de Monsieur Linh, récit simple et terrible de Philippe Claudel, fidèlement restitué dans sa tonalité par Sylvie Dorliat (Compagnie La Clique, Espace Roseau). Dans un style radicalement différent, Darina Al Joundi donne un spectacle à caractère autobiographique, engagé, satirique, Ma Marseillaise, avec autant de force de conviction que de distance humoristique (Acte 2, 3 Soleils). Cela dit, les espaces ont beau être restreints, les comédiens ont aussi l’art de s’y mouvoir en troupe, recréant un monde complet, sur scène et hors scène (les décors, costumes et autres accessoires, évidents ou suggérés, n’y sont pas pour rien). C’est le cas dans Trois nuits avec Madox de Matéi Visniec, où l’attente d’un mystérieux étranger (que, contrairement à Godot, chacun dit bien connaître) agite jusqu’à la fébrilité un petit groupe pittoresque et atypique (Compagnie Théâtre Municipal « Fani Tardini », Galaţi, Roumanie ; Théâtre de l’Atelier 44). Fébrilité aussi, d’une autre sorte, avec Les règles du Savoir-Vivre dans la société moderne de Jean-Luc Lagarce : humour (noir), satire (féroce), absurde (imparable), chansons (loufoques)… Les trois comédiennes s’en donnent à cœur joie, suivies par des spectateurs conquis (Collectif Lophophore, Salle Roquille).

Théâtre, musique, Avignon off, Opéra Studio de Genève, Jean-Marie Curti, Jean-Pierre LongreLieu relativement proche (toujours le sud-est), genres relativement voisins (le spectacle est, cette fois, musical) : comme chaque été, l’Académie Europa Musa « Opéra d’été », sous la direction toujours aussi dynamique et entraînante de Jean-Marie Curti, a fait résonner les montagnes du Haut-Giffre de ses accents pluriels. Après le spectacle d’ouverture (L’histoire du soldat, musique d’Igor Stravinsky sur un texte du célèbre voisin Charles-Ferdinand Ramuz), chaque journée, chaque soirée furent une fête musicale, théâtrale et littéraire, autour de deux pôles : musiques du Nord, avec comme pièce principale le drame poétique, musical et existentiel Peer Gynt, d’Henrik Ibsen et Edvard Grieg, somptueusement interprété par l’orchestre et les solistes de l’Académie, les chœurs de Samoëns et de Sixt, ainsi que par des comédiens donnant vie au texte en investissant la salle entière. Autre pôle, la Renaissance en Italie (le Carnaval à Florence, des pièces de Palestrina, Victoria, Gesualdo, Grandi – on en passe), avec la belle idée d’accompagner certains concerts de projections de tableaux : œuvres de Rouault, toiles de la pinacothèque de Bergame... Pour restituer le foisonnement de cette deuxième quinzaine de juillet, il faudrait citer encore les « Concerts découvertes », toujours de belles surprises, les ateliers ouverts au public (arts plastiques, photos, technique vocale, cafés littéraires). Bref, une organisation hors pair pour un programme de haute tenue artistique – et ainsi, là comme ailleurs, l’attente de l’été renouvelle chaque année le plaisir. À suivre…

Jean-Pierre Longre

 *Signalons qu’un numéro spécial de la revue roumaine Infinitezimal fait un lien intéressant entre deux grands festivals européens de théâtre : celui de Sibiu et celui d’Avignon.               Voir: http://rhone.roumanie.free.fr/rhone-roumanie/index.php?op...

 

Liens utiles :

www.avignonleoff.com

www.pic-art-theatre.fr       www.theatre-espôir.fr

www.la-clique.org    espaceroseau@wanadoo.fr

http://www.acte2.fr www.les3soleils.fr

www.visniec.com     www.latelier44.org

http://www.lophophore.fr   www.theatreroquille.com

 

www.operastudiogeneve.ch

www.samoens.com