Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2022

Segalen et Rimbaud

Essai, poésie, francophone, anglophone, Victor Segalen, Arthur Rimbaud, Blandine Longre, Paul Stubbs, Black Herald PressVictor Segalen, Le Double Rimbaud / The Double Rimbaud, ouvrage bilingue - bilingual book, translated from the French by Blandine Longre and Paul Stubbs, Black Herald Press, 2022

Présentation :

Dans cet essai majeur, paru pour la première fois en 1906, le poète Victor Segalen sonde la dualité en apparence contradictoire d’Arthur Rimbaud, pour qui il nourrit une véritable obsession et dont l’œuvre (de même que le silence à venir) le hantera des années durant. Tout en dévoilant les deux Rimbaud qui l’intéressent par-dessus tout, l’écrivain et l’aventurier, le voyant et le hors-la-loi, Segalen aspire à superposer son ombre à celle de Rimbaud et à franchir les limites de son propre esprit afin de faire face aux deux voies, imaginaire et réelle, empruntées par l’autre poète.

*

« Sans doute, le poète s’était déjà, par d’admirables divagations aux routes de l’esprit, montré le précurseur du vagabond inlassable qui prévalut ensuite. Mais celui-ci désavoua l’autre et s’interdit toute littérature. Quel fut, des deux, le vrai ? Quoi de commun entre eux ? Pouvait-on, les affaires bâclées et fortune faite, espérer une floraison, un achèvement ou un renouveau des facultés créatrices ? Cela reste inquiétant de duplicité. »

Né à Brest en 1878, Victor Segalen reçoit une formation de médecin de marine avant d’entamer une vie d’écrivain et de voyageur, s’embarquant d’abord pour Tahiti en 1902 en passant par New York et San Francisco ; il séjourne ensuite à Ceylan et à Djibouti avant de rentrer en France, où son premier ouvrage, Les Immémoriaux, roman-essai inspiré de son expérience polynésienne, est publié en 1907. C’est en 1908 qu’il entame l’étude du chinois à l’École des Langues orientales et au Collège de France, où le sinologue Édouard Chavannes va aussi l’initier à l’archéologie. En tant qu’officier de marine, il est alors envoyé en Chine comme élève-interprète ; là, entre 1909 et 1917, il organise trois expéditions archéologiques, lesquelles lui inspireront Stèles (1912), seul recueil poétique publié de son vivant. Pendant la Grande Guerre, il ne peut se rendre sur le front en raison de sa mauvaise santé et sert à l’hôpital maritime de Brest avant d’être lui-même hospitalisé pour surmenage et dépression. Le 23 mai 1919, son corps sans vie, blessé au talon, est découvert dans la forêt de Huelgoat. Hormis Les Immémoriaux et StèlesPeintures (1916) fut le seul autre ouvrage publié de son vivant. 

www.blackheraldpress.com

Écrire un commentaire